Lenia MAJOR

Nom :         Major              

Prénom :     Lenia             

Date de naissance : 29/08/1971

Ouvrages de l'auteur sur le site : 4

" Interview :" 

Des livres et vous : "Qu’est-ce qui vous a amené à l’écriture ? Que faisiez-vous avant d’être écrivain ?"

Auteur :  C'est le hasard ! J'étais une lectrice assidue, mais ne faisais que raconter des histoires farfelues à mes enfants, le soir. Jamais je ne les aurais couchées sur papier si mon mari ne m'avait lancé le défi. Je n'ai envoyé la première histoire aux éditeurs que pour avoir la paix. Raté !

Je n'ai pas abandonné mon métier. Je suis docteur en pharmacie et j'exerce désormais à mi-temps.

Des livres et vous : "Quels genres aimez-vous lire ?"

Auteur : Fantasy, littérature classique, française, étrangère, polars (surtout nordiques!), des romans historiques... Tout ! Enfin, tout ce qui est construit, écrit avec certain style. L'intrigue ne me suffit pas. J'ai besoin de me nourrir de l'histoire comme de la musicalité des mots, de la richesse des univers différents des auteurs. Autant dire que la chick-lit et l'érotique très en vogue en ce moment sont totalement bannies de ma table de chevet !

Des livres et vous : "En tant que lecteur, quel roman a marqué votre adolescence ? Quel roman jeunesse conseilleriez-vous aux internautes ?"

Auteur : À l'adolescence, j'ai peu lu de littérature jeunesse. Un excellent professeur de français nous a présenté Balzac, Molière, Racine, Corneille, Ionesco... Plus jeune, au collège, les romans qui m'ont fait plonger dans le puits sans fond de la lecture étaient ceux de Jack London et James Oliver Curwood. Ces aventures dans les grandes forêts américaines, peuplées de loups et d'ours, quel dépaysement, quelle invitation au rêve ! Je les ai lus tellement de fois qu'en les évoquant revient à ma mémoire le parfum de leurs couvertures en tissu vert.  Des couvertures en tissu ??? Mais de quel siècle parle-t-on ?

Le roman jeunesse récent que je préfère, grâce auquel on rit, tremble et pleure à chaque page, est le "Dernier Elfe" (suivi du "Dernier Orc"), de Silvana de Mari. Un chef d'œuvre. Et quel message...                                                                     

Des livres et vous : "Vos livres sont-ils tous destinés à un public d’adolescents ? Pourquoi vous adresser à ce type de public ?"

Auteur : Ma biblio est composée d'albums pour les tout-petits, pour les maternelles, les primaires, puis de romans, pour ces mêmes premiers lecteurs, pour les collégiens, puis pour les ados et young adults. Une technique pour les prendre au berceau et ne jamais plus les lâcher !

La littérature jeunesse permet de glisser un brin d'optimisme, voire de naïveté dans les textes. Même si mes romans ados sont peuplés de créatures très noires, les héros gardent la fraîcheur de l'enfance. J'ai besoin de partager un message positif, d'aller vers un happy end (quel que soit le chemin tortueux et douloureux qui y mène).

Je nourris le secret espoir que, parfois, un de mes livres possède un pouvoir magique : faire aimer la lecture à un enfant qui détestait jusqu'au mot "livre". Quelle plus belle récompense, lorsque les jeunes ou leurs parents, viennent me le confier, sur le ton de l'aveu, lors des salons ? "Il détestait lire, pourtant il n'a pas lâché votre roman. Il n'a même pas voulu aller se coucher, pour pouvoir le terminer. Vous en avez un autre du même genre ?". Ça vaut toutes les critiques des bloggers (désolée... )!

Des livres et vous : "Quelles difficultés rencontrez-vous dans la rédaction d’un roman ? Combien de temps mettez-vous entre la naissance d’un roman et son point final ?"

Auteur : Pour être honnête, lorsque je démarre un roman, l'idée a mûri pendant des mois, donc la rédaction se fait sans difficultés particulières. Ce qui ne veut pas dire qu'elle est rapide. Il me faut généralement 2 mois pour un roman destiné aux 6ème / 5ème, jusqu'à un an pour un roman ado.

Toutes ces heures sans savoir s'il trouvera un éditeur... et son public. Toutes ces heures en compagnie de personnages qui sont devenus vivants et qu'il faut quitter au point final !

Des livres et vous : "Où et quand écrivez-vous généralement ?"

Auteur : Ayant conservé une activité professionnelle, je dois être organisée et assidue sur les horaires d'écriture. Du mardi au vendredi, j'écris de 8h00 à 16h00. Le reste du temps est consacré à ma famille !

Pour que les mots s'enchaînent sans anicroche, quelques éléments sont nécessaires. Le portable sur la table de la cuisine diffusant à très faible volume des airs d'opéra ou de musique classique, un immense mug de thé noir à sa droite, mon chien endormi sur mes genoux. Et les doigts démarrent. Pire que Pavlov !

Des livres et vous : "Comment vous sentez-vous lors de la publication d’un livre ?"

Auteur : Lorsqu'un livre paraît, je l'ai fini depuis plusieurs mois, voire années. Il y a eu des allers retours de retravail avec l'éditeur, de plus en plus précis et pointilleux. Quand il part à l'impression, des envies violentes de le jeter par la fenêtre me taraudent.  Puis la pression redescend, je retourne à un autre projet et l'oublie presque. Un jour, un petit paquet arrive à la maison, j'ai hâte de l'ouvrir, de découvrir l'objet livre. Je distribue quelques exemplaires à la famille, à l'école, la bibli... Si c'est un album, je le feuillette et contemple les illustrations que, parfois, je n'ai pas du tout vues. Mais je ne le relis surtout pas, sous peine de penser que j'aurais pu faire mieux, utiliser tel mot ou expression plus adaptés. Ce sont donc, étrangement, des sentiments très mitigés, comme si, une fois paru, le livre ne m'appartenait plus.

Des livres et vous : "Des infos sur votre prochain roman ?"

Auteur : Plusieurs romans et albums très divers paraissent  en 2015.

Je viens de signer un contrat d'édition pour "Caballero", un très long roman ado, contemporain, où se côtoient ce que l'homme a de meilleur et de pire. Pour trouver sa place, un ado paumé rencontre par hasard la bonté désintéressée, face à la cruauté toujours plus imaginative.

J'ai également écrit un album qui est adapté par une troupe prestigieuse en spectacle de marionnettes (à ma plus grande surprise et pour mon plus grand bonheur), le deuxième tome des aventures de Galaxine et Aérofrin, les Veilleurs de l'Espace. À suivre, un très sombre roman fantasy, dans un univers désertique... Du boulot non stop pour l'année qui vient !

 

 

"Tribune libre :"

J'aimerais lancer un cri du cœur.

Bloggers, s'il vous plaît, intéressez-vous plus à la littérature jeunesse française. Mettez en avant Timothée de Fombelle plutôt qu'Anne Robillard, Pierre Bottero plutôt que Stephenie Meyers.  Les anglo-saxons pratiquent le protectionnisme littéraire et traduisent nos romans a minima. Sans aller jusque là, ne pourrions-nous pas réaliser que ce n'est pas parce que le budget pub autour des best-sellers américains est énorme qu'ils sont tous merveilleux ? Le style, la plume, la poésie dans le texte, dénichez-les, montrez-les ! Professeurs de collège, proposez à vos élèves des romans récents. Les classiques, c'est bien. Mais ce n'est pas tout. Il y a eu de nouvelles pépites depuis Chrétien de Troyes et Jules Verne. Cette littérature ne parle plus aux jeunes. Guidez-les vers des romans actuels, captez-les, enchantez-les, ils découvriront le reste après, tout seuls, comme des grands !

Merci !

(et si vous voulez connaître mon actu : www.blog.leniamajor.com )

 

 

Ouvrages de l'auteur sur le site : 4